RÉUSSIR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE
Les propositions de la Fédération Française du Bâtiment

Des entreprises

écoresponsables

De plus en plus d’entreprises du bâtiment s’engagent dans des démarches d’organisation interne respectueuses de l’environnement. Faciliter et mieux valoriser ces initiatives permettrait de les démultiplier.

Retranscription de la video pour sourds et malentendants

En accord avec notre stratégie d'aider à rendre Internet accessible aux sourds et malentendants, si vous désirez nous aider à traduire cette video en langage des signes, cliquez ici

Interview de Christian Piquet - Entreprise de fabrication et pose de charpente, et les propositions de la Fédération Française du Bâtiment pour réussir la transition énergétique.
L’engagement de l’entreprise sur les problèmes environnementaux date d’une dizaine d’années. C’est un travail collectif qu’on a fait avec d’autres entreprises. On a créé un label, une charte, qu’on a appelée « Charpente 21 » et on l’a décliné en « Maisons bois 21 » et « Constructions bois 21 ».
L’idée, c’était de travailler à la fois sur l’environnement, à la fois sur la technique et à la fois sur le social, des conditions de travail dans l’entreprise. Donc on a créé ce label qui aujourd’hui est reconnu nationalement, puisqu’il permet d’accéder à certains marchés (on essaie de le développer tout du moins). On travaille sur ces trois points, au-delà du mode constructif qui nous permet de répondre à certains soucis environnementaux.
Par exemple dans notre entreprise on a mis en place le tri sélectif, c’est-à-dire qu’on a plusieurs bennes. Avec notre matériau on a forcément des bennes à bois qui vont permettre de partir en bois à énergie notamment, et puis après on a des bennes diverses : deux bennes qui vont être ou enfouies ou retraitées et recyclées. On fait aussi de la formation, deux fois par an, dans l’entreprise.
Dans les marchés publics les premières demandes qui sont faites pour sélectionner les entreprises c’est évidemment le tri des déchets ; mais on voit de plus en plus ce que l’on appelle des chantiers propres : des chantiers où le bruit, etc, sont ciblés ; et puis les consommations d’énergie avec aussi la possibilité d’arriver avec des techniques constructives qui permettent justement de limiter à la fois les consommations et les nuisances. Donc on voit bien, de plus en plus, dans les appels d’offres, poindre ce genre de demandes.
Aujourd’hui les entreprises font des efforts, c’est clair. Est-ce que ces efforts sont reconnus ? Je ne pense pas suffisamment. Pour celles qui sont extrêmement dynamiques pas suffisamment ; pour celles qui sont à la traîne, pas de trop, mais aujourd’hui je crois que les maîtres d’ouvrage de plus en plus vont aller vers ces critères et j’invite les entreprises à s’engager dans cette démarche, dans les démarches qui permettent de construire mieux, sainement, dans le cadre de chantiers propres avec des nuisances faibles. Parce que l’on voit bien les maîtres d’ouvrage aujourd’hui, qu’ils soient publics (les bailleurs sociaux) et même les particuliers ou les grands donneurs d’ordre privés, sont de plus en plus (et la COP 21 je pense en est un exemple) soucieux de l’environnement.