RÉUSSIR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE
Les propositions de la Fédération Française du Bâtiment

Le Bâtiment,

acteur du climat

Le secteur du bâtiment se trouve être un acteur majeur du climat du fait des consommations énergétiques et des émissions de gaz à effet de serre qu’il engendre. La loi sur la transition énergétique fixe des objectifs ambitieux pour réduire cette part.

Retranscription de la video pour sourds et malentendants

En accord avec notre stratégie d'aider à rendre Internet accessible aux sourds et malentendants, si vous désirez nous aider à traduire cette video en langage des signes, cliquez ici

Interview de Jean Passini, Président de la Commission environnement et construction durable de la Fédération française du bâtiment (FFB) et les propositions de la Fédération Française du Bâtiment pour réussir la transition énergétique.

C’est dès 1974 que la profession a fait évoluer la règlementation thermique pour tenir compte des progrès à faire en matière de consommation d’énergie. Donc il y a eu successivement un certain nombre de règlementations thermiques. Les progrès sont très importants et sont encore plus importants ces dernières années.
Par exemple un bâtiment construit conformément à la réglementation thermique de 2012 consomme neuf fois moins d’énergie, pour le bâtiment, qu’en 1974. De même en ce qui concerne l’émission de gaz à effet de serre, il dégage trois fois moins de gaz à effet de serre.
Alors bien sûr comme le parc immobilier s’est accru, comme les mètres carrés ont augmenté et le nombre d’habitants a augmenté, aujourd’hui on peut dire que les bâtiments d’aujourd’hui, par rapport à 1974, dégagent 32 % de gaz à effet de serre en moins par rapport à cette époque. Donc c’est une évolution très importante.
On considère dans notre métier que, de plus, les progrès qui ont été faits entre 2005 et et 2012 sont pratiquement équivalents à ceux que l’on a connus sur le plan technique de 1974 à 2005. Donc il y a eu une accélération des progrès qui a été très importante.
Pour atteindre les objectifs que l’on veut atteindre, on ne peut pas se concentrer uniquement sur les travaux neufs. Deux tiers du parc existant a été construit avant 1974. Pour le renouvellement du parc on considère que c’est de l’ordre à peu près de 1 %, puisqu’en France en particulier mais aussi en Europe, on construit pour très longtemps. Donc il faut continuer à inciter les travaux de la rénovation énergétique.
Aujourd’hui il y a un panel de mesures financières et d’aides qui est assez important, mais on souhaite que cela soit pérennisé, clarifié, pour enfin permettre au marché de la rénovation énergétique de prendre son élan.
On pense qu’en ce moment, en cette période, on connait un virage assez important parce que jusqu’à aujourd’hui on s’est beaucoup concentrés sur les problèmes de consommation d’énergie. Et maintenant un certain nombre d’autres critères vont entrer en ligne de compte. D’abord dans le futur assez proche un grand nombre de bâtiments BEPOS vont naître dans notre pays. Il faut déjà savoir ce que c’est que BEPOS : bien sûr c’est un bâtiment qui produit autant qu’il consomme, mais encore faut-il définir de quelle consommation on parle. Et ensuite on va certainement au fur et à mesure des années intégrer un certain nombre d’autres critères.
Tout cela va prendre du temps. Il faut assimiler les nouvelles techniques. On construit pour longtemps, comme on le dit souvent. Ce sont des bâtiments qui sont faits pour durer et on a besoin de temps pour mesurer les conséquences de nos changements, pour assimiler ces nouvelles techniques en tant qu’entrepreneurs, et de mesurer les conséquences en termes de qualité.