RÉUSSIR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE
Les propositions de la Fédération Française du Bâtiment

La rénovation

énergétique

Le marché de la rénovation énergétique des bâtiments, pourtant présenté comme incontournable, ne connait pas l’essor espéré. Les efforts effectués dans le cadre du Plan de Rénovation Energétique de l’Habitat doivent être amplifiés, clarifiés et pérénisés. La même dynamique doit être engagée pour le tertiaire.

Incitations financières

Les coûts de l’énergie allongent démesurément les temps de retour sur investissement. Une politique d’incitation, volontariste et ciblée, constitue la seule voie permettant d’accroître la part économie d’énergie dans les travaux.

Les objectifs affichés pour 2030 et 2050 restent, malgré dix ans de politique active, hors de portée. Les contraintes financières des maîtres d’ouvrage, des ménages, mais aussi les atermoiements politiques, freinent l’essor des marchés. Les temps de retour, liés aux prix de l’énergie et souvent supérieurs à vingt ans, découragent les investisseurs, dont les besoins sont considérables alors que leurs moyens sont limités.

La fausse solution serait l’obligation, inévitablement assortie de manœuvres de contournement telles le travail au noir, des travaux de médiocre qualité, etc.

© BrunoBernier| Fotolia

La bonne solution consiste à inciter les ménages à réaliser davantage de travaux d’économies d’énergie, en particulier à l’occasion d’aménagements annexes ou de travaux d’embellissement. Cela suppose « d’embarquer » plus de travaux de cette nature dans toutes les opérations de réhabilitation. Ceci passe par le développement d’outils financiers et fiscaux puissants en faveur de ce type d’opérations.