RÉUSSIR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE
Les propositions de la Fédération Française du Bâtiment

L’économie

circulaire

Favoriser l’économie circulaire dans le bâtiment permet de limiter la consommation de matières premières et d’énergie. Cela passe notamment par le développement du recyclage des déchets de chantier, la préférence aux circuits courts et l’utilisation de matériaux recyclés.

Retranscription de la video pour sourds et malentendants

En accord avec notre stratégie d'aider à rendre Internet accessible aux sourds et malentendants, si vous désirez nous aider à traduire cette video en langage des signes, cliquez ici

En Rhône-Alpes, une filière de recyclage des déchets de plâtre est aujourd’hui bien en place. Découvrons cette filière, modèle d’économie circulaire.
Le parcours débute dans une entreprise de peinture – plâtrerie – isolation qui trie tous ses déchets, y compris de plâtre. Les déchets de plâtre proviennent des chutes de construction neuve d’une part et des chantiers de réhabilitation ou déconstruction d’autre part. Ils sont constitués de morceaux de plaques de plâtre souvent associés à des complexes isolants.
A Montmélian, une entreprise spécialisée dans le recyclage des déchets a mis au point un procédé qui sépare le plâtre des autres composants pour permettre leur recyclage. Le plâtre est en effet un matériau recyclable à l’infini. Les déchets provenant d’entreprises, de plateformes de tri ou directement de chantier arrivent sur le site par camions. Ils entrent ensuite sur la chaine de tri où les déchets autres que le plâtre sont retirés. Un process innovant permet ensuite de séparer le plâtre du carton et des isolants.
Un contrôle strict du taux d’amiante est effectué afin d’éviter tout risque de contamination. Au final, le plâtre qui sera recyclé représente 92% des déchets entrants.
Le plâtre est désormais prêt pour une seconde vie. Il est ensuite acheminé par camion à une usine de fabrication de plaques de plâtre, située à une vingtaine de kilomètres, à Chambéry. Dans cette usine on utilise 2 matières premières : du gypse issu de carrières et du gypse issu du traitement des déchets de plâtre. Ces 2 sources sont mélangées et homogénéisées. Dans la plâtrière, ce mélange est broyé et cuit à 160°C.
Le plâtre est ensuite coulé entre 2 feuilles de carton collées. Pendant les 300 mètres de chaine, le plâtre se solidifie progressivement. Les plaques sont ensuite découpées et passent enfin dans un sécheur avant d’être conditionnées.
On imagine d’ici quelques années intégrer jusqu’à un quart de plâtre recyclé dans le produit fini. De belles perspectives qui contribuent à la préservation des ressources naturelles et à l’atteinte de l’objectif de valorisation de 70% des déchets du BTP en 2020.