RÉUSSIR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE
Les propositions de la Fédération Française du Bâtiment

La lutte contre

la précarité énergétique

En France, près de 20 % de la population serait en situation de précarité énergétique, avec des logements mal isolés et inconfortables. Le programme Habiter Mieux de l’ANAH (2) prévoit l’aide à la rénovation énergétique de 100 000 logements en 2017. Ce dispositif doit être amélioré et pérennisé.

Nos clients, partenaires, fournisseurs de services et nous-mêmes utilisons des cookies et des technologies similaires pour fournir et sécuriser nos services et pour comprendre et améliorer leurs performances.

 

Sélectionnez "Accepter les cookies" pour autoriser cette utilisation ou "Gérer les préférences" pour faire votre choix en matière de cookies.

 

Vous pouvez modifier vos préférences en matière de cookies et retirer votre consentement dans vos préférences à tout moment.

 

Bâtir pour la Planète - Tableau des cookies

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous utilisez nos services, vous nous faites confiance pour le traitement de vos informations. Nous nous efforçons de les protéger, tout en vous permettant d'en garder le contrôle.

Autorisez-vous Bâtir pour la Planète à utiliser des cookies d'analyse et de statistique ? Ces cookies nous aident à en savoir plus sur les performances de nos Services et à comprendre, améliorer et rechercher des produits, des fonctionnalités et des services.

  • _gid
  • _gat
  • _ga

Decline all Services
Accept all Services

Retranscription de la video pour sourds et malentendants

En accord avec notre stratégie d'aider à rendre Internet accessible aux sourds et malentendants, si vous désirez nous aider à traduire cette video en langage des signes, cliquez ici

Interview de Christophe Robert - DG Fondation Abbé Pierre

Qu’est-ce qu’on attend des entreprises ? Beaucoup. Parce que l’on voit bien que les chantiers qui s’ouvrent à nous, 500.000 rénovations par an à partir de janvier 2017, cela veut dire qu’il y a un gros marché, et il y a nécessité d’agir, donc là se croisent des intérêts d’ordre écologique, des intérêts d’ordre socio ( du point de vue de la lutte contre la précarité énergétique), mais aussi des intérêts économiques. Donc des acteurs vont devoir aller encore plus loin dans ce travail de lutte contre la précarité énergétique.
On voit bien que ce n’est pas toujours facile d’associer les entreprises auprès du public auquel on est en train de parler. Pourquoi ? Parce que souvent cela ne se fait pas aussi vite qu’une opération lambda, parce qu’on a affaire par exemple à des personnes âgées, dépendantes, où il va falloir prendre le temps de comprendre comment on va pouvoir déplacer la famille, la personne, de son logement, parce que ça fait 50 ans qu’elle est là et malgré tout il va falloir intervenir sur cette toiture, sur le chauffage, sur les fenêtres… Donc cela peut faire peur à un certain nombre d’entreprises de se lancer dans ce type d’opérations. Il y en a certaines avec lesquelles on fonctionne bien. Je pense qu’il doit pouvoir y avoir une rencontre pour pouvoir sortir de ces difficultés dans notre pays, entre les acteurs économiques, ceux qui interviennent dans le bâtiment, les acteurs sociaux, les collectivités locales, dans le repérage, dans l’accompagnement à l’accès au droit, à l’accès aux aides… Il y a plein de gens qui ne connaissent pas les aides aujourd’hui disponibles pour pouvoir rénover leur logement. On voit bien que cela sera la rencontre entre les acteurs, dans cet objectif d’amélioration des conditions thermiques de logement et de la situation des ménages, qu’on pourra véritablement engager cette transition énergétique qu’on appelle tous de nos vœux. Je crois que c’est vraiment un enjeu de société majeur.